Le café, bon ou mauvais? Avis d’une Naturopathe (bienfaits ou méfaits sur la santé)

Les effets du café sur la santé

Deuxième boisson la plus bue au monde après l’eau avec près de 2.5 milliards de tasses consommées par jour, le café est synonyme de plaisir et d’aide à la concentration. A la maison, au comptoir ou au travail, seul ou en de bonnes compagnies, le café est bien plus qu’une simple boisson. Et pourtant, on redoute sa consommation comme on l’adore. Focus sur ses effets sur la santé.

Vous avez toujours entendu dire qu’il ne fallait pas boire trop de café et que c’était potentiellement mauvais pour la santé.

Je vais vous livrer des informations scientifiques qui vous permettront de mieux comprendre ce qu’il en est et je vous donnerai mes recommandations quant à la consommation de cette boisson très populaire.

 

Le problème dans le café, c’est quoi?

Le sucre

Tout d’abord, le premier problème dans le café, ce n’est pas le café lui-même mais c’est souvent le sucre que l’on y rajoute lorsqu’on trouve le goût trop amer. C’est surtout des habitudes que l’on prend quand on découvre cette boisson très amère. Si certains arrivent plus tard à déguster leur café sans sucre, certains continueront à y mettre du sucre même en quantité réduite. Ce qui n’est de toute façon pas conseillé. En effet, une alimentation santé sera celle où on évitera autant que possible la consommation de sucre en particulier le sucre blanc raffiné mais également tout aliment à index glycémique élevé dont fait partie le sucre entre autres.

C’est aussi un accélérateur du vieillissement car il va stimuler l’IGF-1, insulin growth factor.

 

L’acrylamide

Ensuite, le gros problème du café en termes de santé c’est sa teneur en acrylamide, substance chimique dérivée du processus de cuisson à très haute température, qui est reconnue pour être cancérigène et pour accélérer le vieillissement des parois artérielles. C’est cette substance que l’on retrouve dans ces fameuses « molécules de Maillard » et qui sont le résultat d’une trop forte cuisson de produits contenant des protéines et des glucides, c’est la « caramélisation » ou glycation des protéines.

Et ces molécules sont non seulement potentiellement cancérigènes mais elles transforment les protéines les rendant beaucoup moins assimilables par l’organisme. Ce qui veut dire qu’une protéine trop cuite ne sert pas à grand chose en termes nutritionnel (ex viande grillée).

On peut reconnaître ces molécules de Maillard aussi par la couleur dorée, roussie ou brunie des aliments qui ont subi cette transformation et vous savez quoi? elles sont partout : chips, café, croûtes de pain, pâte de la quiche, de la pizza, grillé de la viande, brûlé de la crème caramel, doré des biscuits et gâteaux, couleur marron des céréales type Jordan’s, des biscottes, des Krisprolls, etc, ..etc….etc.. Mais on le retrouve aussi surtout dans la fumée de cigarette.

Alors comment faire pour les éviter puisqu’elles sont absolument partout? Finalement, c’est assez simple, comme cette transformation est due à la forte cuisson et au grill, il s’agira de ne manger que des aliments cuits à la vapeur douce ou en dessous de 110°C. Ainsi, tous les aliments que nous cuisons de cette façon ne contiennent pas ces molécules de Maillard et d’acrylamide.

 

La caféine

Ensuite, il y a cette fameuse caféine qui nous fait croire que le café supprime notre fatigue alors que c’est juste un leurre. Elle donne certes un coup de fouet car elle est stimulante en provoquant un pic d’insuline mais comme on le sait, trop d’insuline toute la journée est inflammatoire et augmente la résistance à l’insuline.

D’ailleurs, selon de nombreuses études, la trop grande consommation de caféine est corrélée à :

  • un plus grand risque d’arythmie cardiaque
  • une élévation de l’histamine dans l’estomac, responsable de la hausse d’acide chlorhydrique et l’aggravation de gastrites, reflux gastro-oesophagiens, ulcères, etc… de plus, les allergiques le savent bien, l’histamine est inflammatoire et peut participer aux développement des intolérances inflammatoires et à la perméabilité intestinale ou leaky gut (facteur commun des terrains allergiques)
  • une élévation de l’homocystéine et l’augmentation des risques de thromboses, phlébites, embolies et AVC par l’inhibition de l’absorption des vitamines B
  • une plus grande fatigue, irritabilité, une plus grande vulnérabilité au stress, anxiété et au burn-out, et de plus grands risques d’ostéoporose, par les pertes de magnésium et de calcium que sa consommation entraîne de par son effet diurétique et acidifiant

Toutefois, on a pu voir aussi dernièrement des études sur les éléments positifs que peuvent contenir le café.

 

Les éléments actifs du café

Les diverses études menées sur le café ont permis d’identifier les différentes propriétés actives qu’il détient. Outre la caféine, son principal composant actif, une tasse de café contient également des vitamines (de type E, PP, B9…) et des minéraux (tels que le potassium, le sodium, le magnésium…). Le café est aussi riche en acide phénolique, un antioxydant puissant, ainsi qu’en alcool de type terpène.

Le café, est-il intéressant pour la santé ?…

Faiblement calorique, le café peut agir sur notre art de vivre et sur nos habitudes au quotidien. En agissant sur les artères cérébrales, cette boisson est appréciée par sa capacité à améliorer la concentration et la vigilance. Améliorant notre capacité de mémoire à long terme, elle contribue à diminuer les problèmes d’oubli liés à l’âge, tout en étant un remède anti-migraine efficace.

Une étude menée à l’université de Southampton et publiée dans la revue British Medical Journal compile les résultats de plus de 200 méta-analyses concernant les effets du café sur la santé. Il en ressort que cette boisson peut réduire diverses maladies dont celles du foie. Dans une méta-analyse publiée en 2014 dans Diabetes Care, les chercheurs ont conclu que la consommation de café diminue les risques de diabète de type 2. Les effets du café sur la réduction des risques de cancer sont, entre autres, énoncés lors d’une étude publiée en 2011 dans Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention. Il en ressort notamment que le fait de consommer 3 tasses de café par jour peut réduire de 25% les risques de développement de cancer d’endomètre. L’Association américaine de gastro-entérologie a, quant à elle, conclu que ces 3 tasses de café par jour peuvent réduire de moitié le risque de cancer du foie. D’autres études ont démontré l’action positive du café sur les cas de cancer du sein, de la prostate, du pancréas et de la peau.

En plus d’avoir des qualités stimulantes sur l’organisme, le café est aussi un excellent atout minceur. En accélérant la combustion des graisses, il élimine les écarts alimentaires et augmente naturellement la dépense énergétique. Une étude publiée le 11 juillet 2017, tout comme une publication de la revue Annals of Internal Medicine, ont enfin démontré que le café peut réduire de 12 à 18% les risques de mortalité et peut améliorer l’espérance de vie.

… mais gare à l’excès

Consommé à des doses élevées, le café peut toutefois perturber le sommeil et être à l’origine de l’anxiété ou de l’irritation. Une consommation excessive de caféine peut augmenter les risques de cancer de la vessie, du côlon et du rectum. Cela peut également favoriser l’augmentation du taux de cholestérol, de l’hypertension, ainsi que les problèmes d’hémorragies méningées chez les personnes à risque, entre autres.

Une étude a montré que la consommation de plus de 4 tasses de café par jour chez les plus de 55 ans augmente les risques de mortalité de toutes causes confondues.

C’est pourquoi il est essentiel de ne pas abuser du café et de limiter sa consommation pour en tirer pleinement profit.

Souvent, les bienfaits que l’on va retrouver dans le café vont être annulés par la trop grande consommation que l’on va en avoir.

Ces doses sont des doses plus proches de l’accoutumance, comme il arrive très souvent pour de nombreuses personnes notamment les citadins travaillant dans les grandes villes. Et dans ce cas, on se trouve plus facilement dans des situations où les excès du café vont avoir un impact négatif sur la santé, à l’instar du vin rouge, riches (pour certains seulement) en resveratrol, mais dont l’alcool gomme les effets bénéfiques en partie et impacte le foie.

 

Mes recommandations de naturopathe

Pour ma part, si la personne n’a aucun trouble de santé particulier, je recommanderais donc de limiter la consommation de café à 2 par jour, en évitant de le consommer le matin pour éviter le pic d’insuline trop précoce, qui se produit avec les substances trop excitantes même sans sucre. En particulier si l’on pratique le jeûne intermittent car dans ce cas le café interrompra votre jeûne du fait de ce pic d’insuline, en augmentant la glycémie. Donc mieux vaut boire son café après la matinée et après un repas contenant des protéines et des acides gras. Même si de mon point de vue, cela risque de perturber la digestion.

Compte tenu des effets délétères sur la santé comme on l’a vu en début d’article, en cas de consommation excessive, il sera plus sage de réserver sa consommation à des moments plaisirs restreints et dans ce cas on privilégiera le café d’agriculture biologique et de grand arabica ou robusta. Le meilleur moment en chronobiologie étant après midi.

Dans les cas où il y a une problématique de santé ou troubles quelconque, je recommande plutôt d’éviter la consommation de café.

Il sera beaucoup plus intéressant de consommer du thé vert voire mieux du thé vert Matcha pour son pouvoir anti-oxydant, du Rooibos, de l’Hibiscus ou de la Chicorée!

Vous l’aurez compris malgré les études et les bienfaits prouvés que l’on trouve dans le café, je ne considère pas le café comme un aliment santé. Car de mon point de vue, un aliment santé devrait être (et rester) bénéfique quelque soit la dose consommée et quelque soit la condition de santé ou l’âge de la personne qui le consomme. Mais surtout avec le café, la surconsommation est très vite arrivée et je ne préfère pas véhiculer un message qui inciterait les personnes à en abuser sous prétextes que c’est bon pour la santé, car les excès sont par contre très impactant.

Au même titre que la viande, l’alcool, le fromage, les intérêts nutritionnels vont vite être limités par les conséquences négatives de la surconsommation.

Mais rien n’empêche de consommer de temps en temps ces produits, y compris le café, pour des moments plaisir et dans ce cas, il sera plus judicieux d’opter pour de la top qualité, un grand robusta ou arabica et biologique pour en apprécier davantage la consommation. Et il y a aussi l’option du café non acidifiant..

Concernant le déca’, les éléments sont strictement les mêmes que pour le cas à la seule différence près qu’il y a nettement moins de caféine, à condition que son extraction ait été faite par l’eau et non par solvant comme le chlore.

Pour ma part, ce sera plutôt jus de légumes verts, thé vert Matcha ou Hibiscus 😉

 

 

 

 

 

Bonne dégustation!

https://www.anses.fr/fr/content/l’acrylamide-dans-les-aliments

Liu J, Sui X, Lavie CJ, Hebert JR, Earnest CP, Zhang J, Blair SN. Association of Coffee Consumption With All-Cause and Cardiovascular Disease Mortality. Mayo Clin Proc. 2013 Aug 13. pii: S0025-6196(13)00578-8. doi: 10.1016/j.mayocp.2013.06.020.

http://www.acadpharm.org/dos_public/Recommandations_Produits_de_glycation_adoptEes_Conseil_12.02.2014_suite_sEance_NP_19.02.2014_VF.pdf

https://www.iarc.fr/wp-content/uploads/2019/03/pr267_E.pdf

Tuomilehto J : Coffee consumption and risk of type 2 diabetes mellitus among middle-aged Finnish men and women. JAMA. 2004, 291(10):1213-129.

Hata M : Osteoporosis as a lifestyle-related disease. Nippon Rinsho. 2003, 61(2):305-313

Huxley R, Lee CM, Barzi F, et al. Coffee, decaffeinated coffee, and tea consumption in relation to incident type 2 diabetes mellitus: a systematic review with meta-analysis. Arch Intern Med. 2009;169(22):2053‐2063. doi:10.1001/archinternmed.2009.439

Arthur Eumann Mesas, Luz M Leon-Muñoz, Fernando Rodriguez-Artalejo, Esther Lopez-Garcia; The effect of coffee on blood pressure and cardiovascular disease in hypertensive individuals: a systematic review and meta-analysis, The American Journal of Clinical Nutrition, Volume 94, Issue 4, 1 October 2011, Pages 1113–1126, https://doi.org/10.3945/ajcn.111.016667

Wautier JL, Schmidt AM. «Protein glycation: a firm link to endothelial cell dysfunction». Circ Res. 2004 Aug 6 ; 95 (3): 233-8. Review.

Ann H. Rosendahl, Claire M. Perks, Li Zeng, Andrea Markkula, Maria Simonsson, Carsten Rose, Christian Ingvar, Jeff M.P. Holly, Helena Jernström. Caffeine and Caffeic Acid Inhibit Growth and Modify Estrogen Receptor and Insulin-like Growth Factor I Receptor Levels in Human Breast Cancer. Published OnlineFirst February 17, 2015; doi: 10.1158/1078-0432.CCR-14-1748 Clin Cancer Res April 15, 2015 21; 1877

Cyril Laurent, Sabiha Eddarkaoui, Maxime Derisbourg, Antoine Leboucher, Dominique Demeyer, Sébastien Carrier, Marion Schneider, Malika Hamdane, Christa E. Müller, Luc Buée, David Blum. Beneficial effects of caffeine in a transgenic model of Alzheimer’s Disease-like Tau pathology. Neurobiology of aging. 31 March 2014. DOI: 10.1016/j.neurobiolaging.2014.03.027

Romano GH, Harari Y, Yehuda T, Podhorzer A, Rubinstein L, Shamir R, Gottlieb A, Silberberg Y, Pe’er D, Ruppin E, Sharan R, Kupiec M. Environmental stresses disrupt telomere length homeostasis. PLoS Genet. 2013 Sep;9(9):e1003721. doi: 10.1371/journal.pgen.1003721. Epub 2013 Sep 5.

Freedman ND, et al. Association of coffee drinking with total and cause-specific mortality. N Engl J Med 2012; 366:1891-1904.

https://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/03/25/22142-alimentation-trop-cuire-peut-nuire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page